DE_55_ANS___A__85_ANS__

 Certains, qui le peuvent, opteront pour le  " Détravail ", un décision et  un  choix  à la mode qui prennent  de l'ampleur ! soit une cessation d'activité  volontaire et plus ou moins prématurée, fondé sur le principe clair et sans  concession de la relativité et des aléas de l'existence, de la durée  qui nous est impartie ici-bas sur Terre ; c'est là une façon de voir les choses et, il n'est pas dit que cette option  ne  soit  pas viable ! Elle mérite mûres réflexions  et études ... A   suivre ! 

 

LA SUPERCHERIE EN MARCHE 

 

Le VA  TOUT suicidaire, la fuite en avant  ultra-libérale, le spectre de  la retraite à  65 Ans imposée  par  le président sortant ! Une ineptie, une inadéquation totale, une rupture comme un emballement  radical du parti de l'argent et des affaires au pouvoir ...

C'est là une mesure insensée, dangereuse, inopportune et inadaptée  face aux actuelles  dérives de  nos modèles de sociétés. L'équation n'est plus tangible ni viable ; elle est dangereuse et nous expose au pire, au recul  systématique de l'âge barrière dont  nous voyons depuis 2002 et le règne Sarkozy les reculs successifs, désormais injustifés, inadaptés.

 

L'ARGUMENTAIRE  FALLACIEUX  ET  INCOMPLET 

 

On ne peut se fier à l'eldorado et  au tribut des sociétés  modernes affichant et brandissant de nouvelles  espérances de vie revues à la hausse des moyennes  statistiques. L'argument du vieillseement massif de la population ne tient  plus, n'est plus recevable, bien que les faits soient observables ; arguons d'autre part que tout le monde  n'est pas égal face au vieillissement pour des causes endogènes mais aussi exogènes.

-  A quels niveaux de santé, d'efficience, d'efficacité et d'optimisation des ressources  du sujet maintenu au travail  peut - on prétendre ? 

-  Si les régimes spéciaux disparaissent, selon  quels critères  établir et faire  valoir la pénibilité de l'emploi et le quantum d'années requis non préjudiciables  au sujet  ? 

- Comment résorber le chômage des jeunes, en perpétuant le travail des  séniors, sans  miser sur e très fortes années de croissances ? 

-  Face à l'émergence constante des nouvelles technologies, les Séniors ne seraient plus  les mieux placés pour  former les jeunes générations  ; en effet, cela supposerait un regain de formations professionnelles sur le tard, une donnée complexe et aléatoire en  fin de carrière.

 

L ' EVOLUTION D 'UN CONTEXTE  LOURDEMENT IMPACTE

 

Dérèglement climatique majeur  -  Crises internationales  graves -  Points de tensions et de ruptures sociales ayant trait à l'évolution dégradée  de notre société -   Pouvoir d'achat fragilisé - Minima sociaux excessivement bas - Nouvelles conditions de vie  et menaces  face aux dangers  que  font peser pandémies et  risques de guerres - inégalité  pérenne,  inhérente et spécifique  à  notre modèle social  actuel, à la  fin de vie et aux  formes et degrés de dépendance.

Tous ces points d'attaques  sont de nature à assombrir un avenir très incertain,  soumis et dicté par des aléas qui nous échapperont de plus en plus au fil des années, selon des proportions  insupportables.

- L'état des lieux du Monde engendre un manque de visibilité  et de sûreté ; la stabilité des lointaines décennies n'est plus acquise mais périclite. Toutes les dominantes de notre grille de civilisation s'emballent et nous dépassent.

Augmenter dès lors tous les indices et les leviers   du travail, soit de  la production, de la croissance, de  la surproduction, du prélèvement de la ressource, de la production  des  déchets,  opter  pour la démesure et  les retards pris inexorablement  en matière de transition écologique, sont autant d'obstacles dressés sur le cours d'une vie  incertaine, exposée, bien trop engagée. La planète manquera de moyens, plongera dans le chaos climatique ( Résultante de nos impacts )  ou s'en aprochera, c'est inévitable ! 

Décroissance,  ralentissement   du travail et de l'exploitaion  de la ressource, concomitamment

:  baisse  de nos émissions et rejets, mesure, sobriété, réorientation des flières recyclages,  sources d'énergies propres, économies drastiques  constituent le socle des sociétés de demain. 

Oui, certainement, davantage de monde au travail mais  sur  une base et un volume d'heures /  semaine amoindri et un départ à la retraite  dès 55 Ans, selon le principe  naturel et évident  du volontariat et de la capitalisation, selon  et pour tous les secteurs de l'activité des hommes en société.

Adaptabilité, ruralité, urbanicité, environnement, développement durable et intégré, les domaines et secteurs  d'activités de pointes et  traditionnels ne manquent pas.

Et il est fort à parier  qu'un accès au travail revalorisé, tôt dans la vie  active, massif et complet ( Plein Emploi ) sera  certainement plus efficace qu'un recul de l'âge de la retraite   à 65 ans, au crépuscule d'une vie  bien engagée ! Une certaine lisibilité de l'existence, de ces temps forts professionnels, au meilleur des la fourchette  d'âge opérationnelle ! 

LA VALEUR ET LES RICHESSES DU TEMPS NON CONTRAINT

 

La retraite dès 55 ans   c'est apprendre  souffler, se reposer,  s'arrêter, se réorienter, finaliser d'autres projets !

65 ans  ou une pole position pour l'inaction, usé, éreinté que seront les salariés, les  travailleurs, la majorité des catégories socio-professionnelles engagées depuis plus de 42 ans dans  la vie active.

Il  existe  un temps  pour vivre, la  famille, les liens, la découverte, l'enrichissement personnel et la Culture, les activités physiques recouvrées et assidues ! Un tremplin pour la santé et  le bien -être.

65 Ans, dans le contexte  sociétal qui se dessine chaque jour serait  précipiter l'existence et la vie sur le déclin, un manque évident de préparation à la fin de vie, une OPA  sur la liberté dès lors que celle - ci  aura été confisquée unilatéralement et  à l'encontre de toute une population dont les éléments et les parties ne sont pas  égales entre elles, en ressources, moyens, conditions de vie,  soins et pénibilité de l'emploi, histitoricité  sociale et familiale.

C'est un projet inacceptable, une coupe réglée engagée contre  la dernière saison de l'existence, l'option ultra-libérale et technocratique   prise   qui menera inexorablement à une recrudescence de problèmes de santé résulant d'une  qualité de vie  et environnementale progressivement altérée, exposée à des sources de pollutions et d'empoisonnement dont  nous  voyons déjà les effets ; (  Milieux urbains, notamment  ) ! 

La vie, l'existence, le temps libre constituent  un capital précieux. Travailler jeune et sortir du circuit professionnel  librement, à un  âge consenti, à partir  d'un seuil plancher, - Dès 55 ans -  et, sur la base d'un volontariat, avec  mesures préventives ou un pré - avis  de mise à la retraite d'une année, voir deux, serait de nature à  repenser nos rapports  au temps, à la qualité de la vie, sans oublier le fait que le retraité, membre à part entière et actif du tissus social peut d'ores et déjà, dès le départ,  participer  mutuellement, à cette  grande révolution du temps contraint et du temps  libre, à cette autre transition essentielle de l'existence.

Il en devient un acteur majeur, viable le plus longtemps, sans verser prématurément dans les arcanes et les  couloirs des  établisements de  soins. En sorte, 

UN CHOIX  DE SOCIETE EVOLUTIF  ET REACTIF FACE AUX BOULEVERSEMENTS QUE  NOUS CONNAISSONS ET ENGENDRONS

Tout devient possible, envisageable, souhaitable, sain  et fort dès lors que tous les acteurs de la société sortent  du carcan  de la rigueur des affaires. La retraite est une renaissance que l'on ne culpabilise pas selon les critère travail d'un grand patronat arc-bouté  sur son quantum  de bénéfices et de profits menant  à des trains de vie insolents, insultants pour la masse des  esclaves ! Assez, ce temps là est révolu

 

CORSICA...GO56

Fraternité - Egalité -  Liberté 

 

_________________________