Une page  bleu- de-ciel. Sérénité ! lever les yeux :  l'azur ne se conquiert pas ; il s'offre au regard, sans la limite. Ainsi de la mer, et, de ne jamais taire ce qui est beau et neige en pluie de nuages sur nos jours odieusement grimés, sans autres semences que la limaille et  la particule fine.

Mais une aile, une voile suffit à dire les cieux ultramarins, à nouer ensemble les racines du Ciel. Alors, Marin, va de ton aile orpheline caresser l'espoir d'un éternel retour, de cette étrange couleur bleue, tellement, étrangement fusionnelle - A Mila, Emma, Cesare, aux Enfants, quand ils deviendront déjà trop grands !

 

FUSION

GOPR0401

 

DSC08089

 

 

 

LE LANGAGE DES SIGNES


La raison et la science
eussent très mal nommé
ce qui dans les cieux
nous ramène aux contes
pour enfants    aux coquillages
qui veillent  et qui gardent précieusement
le chant de la mer


" Altrostratus en piles d'assiettes "
Image quelque peu commune et  simplette
Anachronisme dira-t-on
pour un jargon par trop cadré
et ses programmes modélisés
Mais écoutons la voix du candide


Les vents ont pour arcatures
les chaînes de montagne
et leurs flèches
de nuages comme ils  ailent les cimes
exaltent le parfum musqué
des maquis en versant vers l'Orient
mille promesses îliennes
si tant est que l'on puisse
ainsi dépeindre l'embrasement
d'un printemps tempéré
au choeur des genévriers de Phénicie
Le nonchaloir des coteaux et leurs adrets
alors abreuvés de semences
s'empare de la moire insolente et bleutée


Opalescence des  miroirs réfringents
Voici dans l'azur tournoyant
quelques spires ouatées
éminemment blanches 
qui inspirent les luminances de la mer 
une fascinante éolienne  tout là-haut brasse l'air 
vers le toit du monde


 Pourquoi donc affubler
les cerfs-volants des îles
de ce vocable dénigrant
aux éléments une touche rare
cette aura solennelle  affolant
un pan d'univers comme la comète
laisse derrière elle et pour longtemps
l'espoir de rêver ou d'attendre
que revienne le temps perdu


Invite irrépressible
charme du langage     féerie des signes du ciel
Le marin aime à embrasser
dès le premier regard au matin
au crépuscule pareilles vérités
à lire     à écouter    à l'envi
ces messages que les années
se chargent de livrer
au pèlerin  au solitaire
tout autour des mondes intouchés


Mettons-y  un zeste de fantaisie
un soupçon de poésie
qui eût toujours émerveillé
et guidé l'innocence et la curiosité
sur la voie reine de la déférence
du partage noble et lumineux

§

 MARIN

- Ivresses Marines - Toute première Ecriture, en route, vers l'Azur et les Cieux Ultramarins - 

En cours  et à suivre  le 09.02.2020

Le 14 Avril 2020, quelques petites retouches 

 

DSC09159

DSC08090

DSC09192

DSC09194

DSC09123_001

 

 

___________________________________