DSC09693

 

Les chemins mènent tous au secret. Ils s'infléchissent à quelque tournant, on marche ainsi en pays réel et puis soudain hors du temps mesurable. On se retrouve enrichi de quelque épaisseur de vie étrange comme si l'on avait déjà vécu plusieurs existences. Pays à la brisure du crépuscule comme s'il voulait signifier qu'il est tard mais toujours temps. On ramène alors de ces sortes de regards, de ces voyages, la connaissance de l'être dilaté, perméable au possible, un réel annexé, magnifié. Dans ces randonnées en pays de vertige, toujours hâtives, on grandit. Il reste de ces fulgurations une ivresse toujours plus menaçante, une drogue plus exigeante qui demande, au péril de la vie, toujours plus d'audace. C'est la vie multipliée dans les humbles choses qui débouchent sur la largesse et l'illumination. Alors le respect devient amour.

 

JEAN MALRIEU