PLASTIQUES_PARC_MARIN_

AGRANDIR  LE FICHIER 

 

http://marin56.canalblog.com/archives/le_journalde_georges_nemo/index.html 

 LIEN I

 

Il y a quelques jours, le Grand Sud de l 'Île de CORSE voyait 400 Hectares de Nature, d'espaces remarquables partir en fumées ! Un terrible incendie a laissé un territoire de désolation, une étendue de charbon sans vie, chauffée à blanc, irrécupérable...

Aujourd'hui, hier, depuis longtemps déjà, femmes et  hommes épris de nature s'insurgent contre les dangers qui viennent de la Mer, les lacunes qui l'impactent àtous les niveaux.

 

Georges NEMO nous a de suite fait part de ses initiatives en faveur de l'Environnement Marin et de ses projets. Il ne compte pas en rester là ; certes, aucun effet de vitrine, point de presse ni de photos à la petite semaine sur le journal local. Nous avons désormais un contributeur de poids, n'en déplaise à la Censure qui frappe ce  Site / Blog : (  500.000 Visiteurs ) 

!

Il agit seul, dès qu'il le peut, varie les endroits et se porte garant d'une quête  régulière de déchets plastiques et autres plus que conséquente. C'est par sacs de 130 Litres, pesant  entre 25 et 40 Kgs, qu'il ramène les dépôts ramenés vers  les rivages Est et  Ouest  de notre Île...

Durant  3 à 4 heures, il  parcourt la dune, la plage, les lisières de petits maquis et de sous-bois littoraux afin d'extraire, - du moins en surface -, tout ce qu'il peut trouver de déchets, de débris, d'éclats, de mousses synthétiques, de détritus parvenus au bord de l'eau avec  les marées diurnes.

Des centaines de gestes répétés, les mains pleines de ce l'on ne voit pas des bureaux, des réunions plénières ! 

Oui, Mesdames, Messieurs les ÉLUS, le Littoral se porte très  mal et non des moindres ! Nous sommes là sur une autre portion de Côte, - SW de l'Île de CORSE, au coeur  du Parc International des Bouches de Bonifacio.

Les boules de brut arrivent sur le sable, des milliers de déchets plastiques  s'entassent  et jonchent le sable, s'enfouissent ; la Pollution est alarmante car la majorité  provient d'emballages enduits de produits de synthèse qui se répandent une fois livrés à toutes les causes d'érosion et  d'abrasion. La chaîne alimentaire peut être touchée, nous le répétons.

Certes vu d'avion, rien ne se remarque. Le promeneur qui en prend plein les yeux ne s'attarde généralement pas à scruter la dune, les massifs d'algues et d'oyats ! Non, le plaisancier passe et ne distingue de la côte qu'une bande blonde, dorée de sable fin :  en somme un paradis intouché !  

MAIS 

Il faut se rendre à l'évidence : 100 mètres de rives  sablonneuses nous livrent en surface 50 Kgs de déchets plastiques, un énorme bidon, des centaines de fragments et de bouchons, des liens et cordages, des tubes, tous les emballages, des sacs plastiques en décomposition. Quant aux plus vieux éléments, ils se fragmentent dans nos mains, insaisissables, déjà dangereux pour la faune.

Nous confirmons qu'il faudrait ratisser à la main, bien sûr, pour dégager par couches successives les strates de déchets que la mer et les hivers auront depuis des décennies déposées aux mêmes endroits.

 

 

GEORGES_NEMO__EN__OPERATION__

Le Canoe est prêt à reprendre la mer avec unsac dense de  miasmes, sur la route du retour ! 100 mètres de Réserve Naturelle viennent  d'être débarrassées  en  surface des détritus... De plages en anses, le bateau poursuivra,obstinément, invitant les passionnés de Nature à en faire autant; même à pieds, avec unplus petit sac ... N'oubliez pas d'ouvrir les Liens !