TEMPETE__OUEST__55___A__65_KTS_

Sortir dans la Tempête, c'est  faire connaissance avec l'inhabituel, l'incertitude  ! 

Mais y adjoindre son panel de Moves : cela vaut  somptueux challenge, hélas !   toujours solitaire 

???

Il est des aspects relatifs à la pratique du Windsurf absolument incompréhensibles ! Comme si  on eût majoritairement rejeté l'acception, la réalité, l'attrait qu'exercent les vents violents ...

Interdiraient-ils que l'on s'y aventurât, parce que le risque  eût une fois prédominé ? Pareille défiance  s'opposerait-elle au vrai sens de toute pratique extrême ?

Faut-il encore que l'on soit rivé aux mêmes lieux de pratique qui justement entravent le dénouement heureux et  formateur de toute sortie dans les vagues par vents violents ? 

55 à 65 Noeuds dans les rafales, peut-être d'avantage, plus au large, lorsque le Waverider se retrouve seul, sans anémomètre digital, mais parfaitement renseigné à terre par la vigie ...! 

La mer fume, lève, creuse,  déferle sans trop savoir vraiment où. Il reste difficile d'anticiper ; alors on tente, on se place, car les vents sont parfaitement orientés  Side Shore. 

Avoir de plus chaussé très petit volume, - 60 Litres - et, surtout, gréé  une 3.00 M2 / 3.2 M2, radicale, programme vagues exclusivement, parfaitement réglée, quand il importe parfois de changer d'oeillet à l'écoute afin de twister à fond le profil, de soulager de l'excés de puissance de la toute petite voile.

Des bouts de harnais rallongés, un pied de mât avancé, le wishbone très légèrement relevé / Habitudes  ...! 

Votre aileron aura été  déplacé, sous le pied arrière, afin de gérer plus d'accroche dans les turns.

Enfin, une bonne dose de préparation, mentale et physiologique ; en effet, sortir pour braver  ne conduit à rien ; mais de sillonner la violente tempête, la force ouragan, depuis une pointe, un cap exposé, de traverser cent vallons liquides, d'entendre mugir  la rafale, sentir le tourbillon  d'écume et d'embrun cingler au visage, le casque de protection, évoluer toujours aussi promptement que si nous allions sous 4.7 M2 ou 5.00 M2 reste une expérience fabuleuse.

Le saut vient couronner la sortie,  l'envol est léger, vertigineux, certes : prudence, vigilance ! Mais en 3.2 m2 de voilure parfaitement réglée, la marge est satisfaisante, très tolérante, surtout chute relâchée.

Et si d'aventure les vents devaient être insoutenables, il y a maints sites de replis où le boardrider pourra s'adaper et, réaliser une session d'anthologie, là où l'on pense qu'il n'y a jamais de vagues, bien à tort ! 

ALORS WAVERIDERS QU'ATTENDEZ - VOUS POUR VISITER LES VENTS VIOLENTS DE LA TEMPÊTE, ON N'Y VOIT JAMAIS PERSONNE

PREPAREZ-VOUS

?

CORSICA...GO56

CONTRIBUTION WAVESAILING INSULAIRE

ATTEMPT_BACK_LOOP_50_KTS_

Ce Waverider, " Prénommé " PROTHEZES ",  tente sans le réussir un Back Loop, en 3.2 M2 , voile trop bordée, par  50 Noeuds de vent ! Tout sera allé trop vite, certes, mais il pose des jalons dans sa progression ; voilà l'aspect le plus important  

***

______________________________________________________________________________