CHAMPS_ELYSEES__NOV_2018

Les amalgames et la stigmatisation d'un  Mouvement légitime vont bon train et sont très bien orchestrés, de la Presse aux Politiques ; n'est-ce pas de bonne guerre lorsque l'on tue son chien à petit feu pour l'avoir soupçonné ou accusé de  porter la rage ? C'est infecte ! Car il y a la contestation vraie et si légitime et l'univers radicalisé de ces induividus qui en profitent pour tout casser ... Qui sont-ils, par qui sont-ils manipulés, à quelles fins douteuses et torves ? Seuls le savent ceux qui se taisent.

Mais le Mouvement légitime et authentique des Gilets Jaunes ne baissera pas le ton, il montra au créneau, s'organisera pour déclencher une fronde nationale. La situation ne peut plus durer dans un monde criant d'injustices inacceptables perpétrées sur le front du quotidien. Le carburant, oui ! c'est la goutte qui fait déborder le vase ; mais de tout le reste, du mal logé aux pauvres et aux précaires, aux employés exploités, aux citoyens laissés sur les touches d'un chômage qui ne baisse  pas malgré tous les cadeaux faits au Patronat, etc  !...

!!! 

106.000 

 

Gilets Jaunes dans les rues, 80 % du peuple de France en accord avec eux. Situation lamentable, déplorable, inimaginable ! Les journalistes ne laissent plus de pointer une situation en passe de devenir insurrectionnelle. Le pourrissement pointe bien des coupables ! 

Plus d'un Millier de Blessés, déjà 2 Morts ! Une guerre  et une surenchère du chiffre déplorables qui ne veulent rien dire comme elles mettent en équation la vie, l'existence  du Peuple de France qui  étouffe et qui le crie, haut et fort 

???

Des Français,  lourdement armés,   tirent, gazent, tabassent en direct le peuple de France depuis  des jours, des nuits, des heures, un peuple  qui n'en peut plus ; le peuple des bas salaires et des revenus  minables qui trime et qui souffre au quotidien, par millions, associant dans la galère des dizaines, des centaines de catégories socio-professionnelles.

Quel spectacle le gouvernement donne-t-il de la France  sur les Champs Élysées, aujourd'hui,  partout en France, depuis plus d'une semaine, le jour et la nuit ?

Il eût fallu peut-être rencontrer le mouvement, aller au devant de la revendication, prévoir,  avant que le contexte ne  dégénère très vite et soit récupéré. Cela n'est pas céder, mais écouter, entendre, apporter des réponses ! 

Combien de revendications légitimes auxquelles s'opposent le mépris et le mutisme d'un gouvernement aux abois qui a  pris le parti de surfer sur les acquis des formations politiques antérieures ayant cumulé les occasions  et les mécanismes d'un rapt et d'un matraquage de taxes  rodés, devenus insoutenables, en hausse permanente ? 

Crise de Légitimité du  Pouvoir actuel ! Mais crise de nerf  du Peuple en état de  souffrances  quotidiennes, sans aucun dialogue susceptible de désamorcer une confrontation majeure.

Malgré le mauvais temps, la pluie, le froid, ils sont là, humbles, le discours vrai et jamais politisé ou syndicalisé dans le propos et la doléance. Les syndicats restent médusés, figés ! Ils ont la démonstration et  la preuve par 4 que la Révolte n'est plus loin et  sourd et gronde comme une lame de fond. 

Passé le 24 Novembre, une autre ère semble s'ouvrir et forcera le pouvoir qui s'est montré jusqu'à ce jour   exclusivement coercitif et violent,  lors de milliers d' épisodes  plus que tendus, à la négociation, à l'écoute, à l'entente, surtout avant le fêtes. 

Le coût de ces 10 jours de chaos est faramineux 

!

Alors, laisser pourrir le mouvement,  exacerber les comportements, l'impatience, la colère ne portera aucun fruit... Certes, cela permet au gouvernement de temporiser, de pointer systématiquement  et  aisément les coupables se livrant à l'exercice de la violence afin d'éviter la thématique centrale et en jeu !

Un immense aveu d'échec ! Un million de points lumineux installés sur les Champs Elysées ! Oui, mais pour qui ? Et, au coeur de la guérilla  urbaine,  pendant l'orgie des soldes, des hommes  en combinaisons, des robots cuirassés, se battent, en guise de dialogue, contre leurs frères, usent aussi de la violence, au nom de l'Etat acculé à une grave réserve... 

Est-ce là l'unique réponse de l'Institution : la Violence  contre les Violences ? 

Pendant ce temps, "  dans les palais qui resplendissoient ", l'Etat  entretient une logique de pourrissement systématique, fustige la casse, sans discernement et précipitant tout le monde dans le même panier, mise sur une évolution qui désignera  en définitive les fauteurs de troubles, évinçant  ainsi l'expression  de la revendication généralisée des  Gilets Jaunes, dynamique  qui n'est pas prête de s'essouffler.

On ne jette ni   l'anathème ni  l'opprobre sur le peuple de France qui satisfait à son devoir de vote et qui dit sa colère, en guise de réponse

!

Monsieur  HASSAÏRA 

Pour 

CORSICA...GO56