gilets_jaune_et_marianne_4095397

 

 

JOUER LE POURRISSEMENT  SUR TOUS LES FRONTS 

NE MASQUE PAS UNE TERRIBLE RÉALITÉ SOCIALE 

LA DÉTRESSE HUMAINE

 

LA RECOURS  A LA FORCE SIGNE  L'AVEU D'ECHEC D'UNE POLITIQUE SUICIDAIRE 

 

Des largesses partisanes qui en pareils contextes  frisent la provocation, ignorent l'humain,  louent  à l'excès  magnificence et  munificence auréolant  sans fin  et trop aisément la manne dorée  venue d'en - haut. Quant au Grand-Débat-National : un  mensonge d'état

...

 

 

 

Images, contextes et  situations déplorables... Que vit  la France, sous la présidence  et  la représentation nationale, ( Parlement ), dites " En Marche  " ? En Marche, vers quels objectifs durables, svp ? 

... Après des mois de contestations et de revendications légitimes, le Mouvement des Gilets Jaunes  prend encore de l'ampleur, s'étend, sur fond de Macro-Débat-National destiné à ravir  à ce dernier  le sens de la parole et de la légitimité à manifester dans le calme.

Dans ce type de conflit, on sort la tête haute, pour  l'avoir réglé et en avoir apaisé les taisons de la colère, de l'exaspération ; on ne l'attise point ! Il faut être deux pour régler un conflit social de cette  nature : le Peuple et l'état.

Les Gilets Jaunes ne sauraient être tenus pour responsables des agrégats de mouvements de casseurs, de surcroît, face au marasme persistant  entretenu par TOUS les tenants du pouvoir.

Y compris le patronat féodal, qui surenchérit à propos du dossier retraites et d'un recul inacceptable  de l'âge  légal de départ pour 2028 !

Les propos  sont identiques à ceux tenus sous le règne  Sarkozy, lors de la première semonce et OPA - Mainmise  sur la vie, soit de la première prologation du genre jouée et gagnée par le l'état-patron inflexible ! Le syndicalisme pourait, hélas ! 

Attaques du Patronat pour mieux se défendre et s'arquebouter sur ses privilèges et ne rien concéder ...! C'est de bonne guère, mais cela ne passera plus,  cette fois ! Nous reviendrons  sur l'acception  " Espérance de Vie ",  dont se gaussent  les technocrates et la statistique zélée au service du pouvoir.

Face aux silences injustifiés et insoutenables  du gouvernement qui oppose systématiquement  aux doléances pacifiques des Gilets  Jaunes  la voix des armes et les coups de matraque, de lourdes blessures par armes sub-létales...

En ces circonstances  grevant péniblement  tant de pans de nos vies et de nos existences, alors que l'incendie de Notre-Dame-De Paris ajoute au sentiment d'affliction,  d'abandon, de déréliction, l'Etat  passe de la roucoulade ampoulée  aux  matraquage systématiques du Peuple Français descendu  dans les rues pour le 23 ème Samedi consécutif, sachant qu'il y en aura encore davantage, jusqu'à  ce que  justice soit enfin faite et rendue.

L'état excelle dans la fin de non - recevoir, le total mépris, la provocation outrancière et, ne lâche rien, opte pour la force, la violence, l'absence de réel dialogue. Nous assistons à la mort tragique et régulière de fonctionnaires de police par suicides, - ce qui  nous consterne et  nous afflige toutes et tous ! 

Terrible quotidien ! Il convient de   s'interroger sur les causes réelles de pareils passages  à l'acte, en de telles périodes durables plus que mouvementées et sévèrement anxiogènes pour toute la population ! 

Des immeubles insalubres  s'écroulent sur la pauvreté, explosent au gaz. Deux poids  et deux mesures insultent la précarité ; indifférence au sommet de l'état, dix morts par accident à verser sur le compte de la fatalité, encore et encore !  

Personne n'est épargné et  tout ajoute aux malaises, au mal-vivre, au mal-être ! 

Cette ténacité à ne rien lâcher, à ne point céder face à l'absolue vérité d'un vaste panel de revendications  claires semble revêtir les oripeaux  de plusieurs paniers de crabes, à savoir  le très complaisant Patronat, les politiques qui leur mangent dans la main, à genoux, et tout le secteur  bancaire qui engrange  dividendes et profits colossaux, à l'instar des derniers sommets du CAC 40.

Il est expressément  demandé, commandé  à l'état de tenir  bon, de résister, de dénigrer et de stigmatiser le peuple en colère, usant de dérives  et de procédés odieux. Le Patronat et  la Haute finance ne toléreraient aucune faiblesse ou brèche qui fragiliserait  un système rodé, huilé, lancé sur des rails, sources de profits et de prébendes inadmissibles ! 

Cette  engeance, -  typique  de l'esclavagisme  primaire -, que vit et éprouve le peuple ne peut plus durer. Si le gouvernement saigne financièrement les classes moyennes et les revenus  précaires, c'est bien  parce qu'il  mise  sur la masse et une majorité de français- contributeurs,  qu'il  dépossède et enfume selon de douteuses stratégies  et manoeuvres en les  taxant à outrance, en les  asservissant sans fin, comptant ainsi sur une manne providentielle destinée  engranger  le plus d'économies possibles, tout en réduisant et en impactant au passage  le secteur public et les anciens acquis. Fustiger le  secteur public afin de le faire disparaître, la belle affaire /  

Lamentables dérives, silences récurrents, aumônes  et saupoudrages,  subsides infamants et méprisants d'un pouvoir d'achat déconnecté au regard des maintes et lourdes flambées du coup de la vie,

Injustices flagrantes quant aux mesures énoncées, au déploiement bâclé  d'un arsenal de pacotille eût égard aux forces de l'ordre  quand elles sont  déployées  par dizaines de milliers ! Le coût  est  faramineux mais inférieur aux gâteaux estimés de l'évasion fiscale sous toutes ses formes ...

Le Grand Débat accouche d'une souri ! Preuve en est, ces reports  d'annonces qui  font  déjà partie d'un passé douloureux et  de comportements irresponsables de la part des élites en cols très blancs. Pantalonnades ! 

Nous vivons une période de totale rupture entre les réalités  d'une économie à outrance libérale, fondamentalement injuste.

Une société  bâtie sur le paradigme  consumériste et, issue du monde de l'univers des l'entreprise, une exaspérante  grille des salaires qui entrave  les forces vives et productives  du pays, maintenus  dans l'impossibilité  de  détenir les moyens décents et à minima de vivre dignement ...

Cet état de faits menace de plus en plus l'équilibre sociétal ;  l'état ne peut ignorer l'acuité de ces seuils d'alertes sociaux, humains, catégoriels ... Quant aux Patrons, à eux de jouer la carte de la redistribution souveraine et légitime des  richesses, sans l'aide pléthorique d'un état-valet  qui les arrose en présentant  arbitrairement l'addition à des  millions de Français excédés, humiliés, frappés, ignorés,exploités comme jamais ils ne l'auront été.

Trois millions de chômeurs ne riment pas avec fatalité ; facile de ne point y toucher et  de  financer les déficits  à grands  coups de reports de l'âge de la retraite? d'outrages fiscaux  intolérables, d'oboles. Pour qui l'Etat prend-il les citoyens  qui fondent la base et  le socle de  ce pays 

Quel rôle joue la presse, quand lors des JT, l'actualité Gilets-Jaunes passe en dernier, en coup de vent, uniquement centrée sur la casse ? On s'interroge, tout simplement ...

 

PETRU  D'ATTALA  

CORSICA...GO56