1_20130116110311__4_

 

 

Tu le sais cela n'est plus l'été
L'hiver ne se rue pas  mais se cache
Quand il entonne son antienne Dolentement
En ses contrées ondoyées d'embruns
De lumières et de nuits mêlées


Opalescence au chant du cristal 
Iridescent  Il n'est point de mots
Qui des multitudes mûrissent
La pensée comme une seule larme 
Complaît à l'âme de l'Océan
Et tout un ciel opalin dévale 
Accourt du commun accord 
Des vents et des nues  

J'habite
Tes monts ivres de voiles 
Et de neige et où jouent tes anges d'écume
En toi mon âme un instant éclot
Et me viennent des lointains
Sapides ces perpétuels Avril
De la mer en fleurs et en flocons


Hiver dis-le moi encore une fois 
Irais-je louanger en planant
L'orbe fugace de tes silences
Rayonnant de givre et de grains 
Ces merveilleux frontispices
Du grand livre sacré
Du Ciel et de la Mer
Ces fugaces auras où je Le devine

 

 § 

Marin - 1 ère Ecriture le 17.01.2013 - Poésies Marines  -

2 ème Ecriture le 19.01.2013

3 ème Ecriture le 13.11.2013

 

1_20130116111800__2_

 

1_20130116114009__2_

 

1_20130116114831__8_

 

1_20130116114831__9_

 

1_DSC01209__2_

 

1_20130116114831__11_

§