DSC03527

 

 

On dit dans le jargon " METEO "  : Situation de blocage, patate anticyclonique, marais  barométrique anticyclonique,  poche de haute pression, enfin toute configuration où l'air devient sec, - Gradient Adiabatique -, sans front  susceptible de générer de la pluie, perturbation atténuée, etc .

Actuellement, l'anticyclone des Açores, - Grand Centre Permanent -,  n'est pas  à sa place, trop septentrional, poussant çà et là quelques dorsales plus ou moins marquées vers l'Est. La France voit passer des  perturbations plus au Nord, à la faveur de  profondes Dépressions Nord-Atlantique.

Le grand Sud-Est souffre du manque d'eau  depuis des mois et, les quelques 110 à 120 mm d'eau  tombés  depuis septembre laissent augurer du pire si ce type de conditions persistent, reviennent toutes les fois pour plusieurs semaines aggravée le cas 2017 ! 

Les températures les plus chaudes jamais enregistrées, les vents d'Ouest assez réguliers asséchant la masse d'air et balayant tout ciels de traînes actives et leurs lots de précipitations, n'arrangent pas le contexte. 

Sur l'Île de Corse, la pénurie d'eau pourrait s'avérer catastrophique ! Pourvu  que l'Hiver Météorologique rétablisse la situation !

Nous avons également observé le décalage asez inhabituel du récent  MEDICANE ou Ouragan Méditerranéen qui a sévit vers le Grèce et la Turquie... Les dégats sont considérables ! Faut-il en arriver désormais à ce point  extrême pour avoir de l'eau ? Ce serait alors un signe terrible ...

250 mm de Précipitations signent d'ordinaire la Normale pour la saison, en Corse ; davantage ne fait pas de mal, au contraire, les nappes et les cours d'eau en profitent.

Mais laisser cette manne, cette richesse aller  à la mer sans que l'on ne prévoit raisonnablement, prudemment  d'autres bassins de rétention mesurés, à échelle raisonnable et cironstanciés, devient une folie.

VERS LA MISE EN VALEUR DE TERRAINS PAYSAGERS 

 

Nous avions déjà évoqué les modalités d'un aménagement hydraulique adapté, intégré  à notre Territoire Insulaire, à travers toutes les composantes environnementales, paysagères, rurales, esthétiques possibles, suivant le réseau de cours d'eau  et la spécificité de nos vallées, en sus des barrages existants, afin de compléter l'offre en fonction des situations de crises ; on y  établirait une échelle de  1 à 5  et, de là, les services techniques activeraient, solliciteraient   les zones touchées par les manques ! 

Un seul maître - mot / Intégration totale aux paysages et souci de la mesure, par petites unités de rétention ...

Une eau de pluie qui va à la mer  ou qui  se perd dans les fonds de vallées inondées par les crues, tant de richesses écologiques quand elle vient à manquer cruellement, tout ce gâchis n'est plus envisageable ! 

 

ELUS /

ATTENTION / L'EAU EST UNE RESSOURCE QUE L'ON GARDE PRÉCIEUSEMENT 

QUAND ELLE MENACE AUTANT DE MANQUER AU CHÂTEAU D'EAU DE LA MÉDITERRANÉE