ENFOUISSEMENT_DECHETS_CORSE_

 

LES LIENS COMPLETS

 

https://france3-regions.francetvinfo.fr/societe/environnement/crise-des-dechets?r=corse

 

La production de déchets est consubstantielle de notre modèle de société ! Une société d'assistance tous azimuts portant à son paroxysme l'algorythme infernal

PRODUCTION  / CONSOMMATION / ÉMISSIONS ET REJETS DES  DÉCHETS 

 

LA PART DE L'ETAT  DOIT ÊTRE DÉTERMINANTE ADAPTÉE CIRCONSTANCIÉE EFFICACE INCITATRICE

 

En ce sens, l'Etat  qui garantit les grands équilibres industriels, ses options  économiques, les seuils de croissance et de compétitivité, ses ressources financières directement issues des stratégies de politiques commerciales validées,  devient de facto le premier responsable de ses choix,  jusqu'au terme des processus de la  production nationale, des cadences et  de la  diffusion de la production, ( emballages ), de la vente sur laquelle il prélève de lourdes TVA et autres taxes ! 

S'il est de circonstance de diminuer les subventions allouées  aux Collectivités Territoriales, quel que  soit le niveau de l'organisation sociétale, 

S'il est de circonstance  de déléguer les pouvoirs, de déconcentrer dit-on les prérogatives au niveau local, noyant et diluant  ainsi et à l'envi l'épineux problème de la gestion des déchets, où que nous nous trouvions,

Cela n'exclut ni l'Etat ni  son Ministre de la Transition Écologique actuel d'intervenir et de dresser une politique commune en matière de traitement et de tri sélectif des déchets, du stockage des matières évaluées comme étant les moins préjudiciables à notre environnement et cadres de vies respectueux de celui-ci.

 

L'INSULARITE ET APRÈS 

Mais l'Île de CORSE ne saurait supporter à elle seule les conséquences d'une incurie élevée aujourd'hui  et plus que jamais au niveau national. Si le Territoire Insulaire  compte près de 300.000 habitants résidents, sa population décuple en été, dès les prémices de la saison estivale, soit  d'Avril à Octobre ! 

L'émission de déchets atteignant très vite un paroxysme, depuis déjà plusieurs années, la Corse ne peut assumer seule pareils cumuls, demeurer avec de tels surplus, tout en émettant ses déchets.

Outre l'exiguité et le caractère accidenté du Territoire Insulaire Corse, on ne  peut arguer du fait  que l'éloignement et la mer à traverser soient  obstacles à de possibles transferts de déchets, suivant leur degré de nuisance, les possibilités de tri, de stockage sur sites d'enfouissement actuels et locaux.

Si nous restons au stade de la discussion et du débat sur des généralités, force est de constater  qu'elles s'avèrent cruciales et opportunes, dégageant ainsi des pistes, des solutions.

On ne peut tolérer, au regard des dénivelés de l'Île, de voir  de tels cumuls de déchets, en Altitude ou sur des versants,  sachant les écoulements nauséabonds et extrêmement polluants que cela induit, qui fluent vers la mer, via les cours d'eau, les zones de cultures, les plaines, etc ...

 

VERS UNE RÉELLE STRUCTURE DE TRI ET DE RECYCLAGE DES DÉCHETS INSULAIRES

?

Un premier volet de mesures

Pourquoi pas, dans un premier temps, déterminer un site propice à la mise en place d'une véritable et ambitieuse structure de Tri et de Recyclage des déchets : Financement de l'Etat et de l'Europe.

Elle sera à très court terme inévitable, sachant qu'un transit de déchets non traités en Corse est nécessaire, avant leur acheminement vers des pôles nationaux ou régionaux continentaux...

On pourrait en programmer deux, à proximité des deux grandes villes de la Corse, Bastia et Ajaccio, tel un objectif Optimal à atteindre. Pour cela, le Tri sélectif devra être plus complet, opérationnel, partout organisé et contrôlé, une collecte de proximité, surtout en milieu rural.

 

VERS DES UNITÉS DE TRAITEMENTS  SPÉCIALISÉES A DES FINS DURABLES

 

Parviendrions-nous à traiter les déchets destinés aux diverses formes de compost susceptibles d'être utilisées par tout le secteur agricole et rural

 

ENFOUISSEMENT /  LIMITES INACCEPTABLES 

 

Si la solution actuelle se maintient, comment envisager sa pérennisation,  le moindre coût pour notre Environnement ? 

Nature du terrain, ( géologie ), son exposition au regard du dénivelé, ( géographie physique ), son impact sur les cours d'eau proches ou les nappes, ( Hydrologie ).

Où implanter de tels sites, sachant qu'aucune commune ne doit être directement ou de loin impactée ? 

Quels quotas raisonnables respecter, quelles proportions équilibrées doivent présider à l'implantation  ou à la poursuite d'un site d'Enfouissement ?  

Quelle doit être la nature des déchets secs  à enfouir, ( éviter la production par pressions  et accumulations de Lixiviats, ( Désigne les eaux qui ont percolé à travers les déchets stockés en décharge en se chargeant bactériologiquement et chimiquement. Par extension, désigne aussi les eaux qui sont entrées en contact avec des déchets )

Comment procéder à l'enfouissement si aucune autres alternatives  durables et propres ne se présentent ? 

Quelles sont d'ores et déjà les limites de l'Enfouissement, sachant que l'incinération n'aura pas atteint le degré de technicité requis pour dégrader sans risques ni nuisances le volume exponentiel des déchets  émis par l'industrie et les populations ? 

Ce sont là quelques questions cruciales et fondamentales qu'il importe de poser lors des débats.

Car tous producteurs-consommateurs-pollueurs ! il s'agit d'une priorité vitale, d'ordre national, de santé publique de premier ordre, autant de considérations, de préoccupations majeures que  l'état ne peut ignorer, ne point traiter.

 

DES CONSTATS AUX MESURES 

 

Nous devrions aller vers des états généraux du traitement des déchets, Régionaux  puis Nationaux ! Il y a Urgences, partout, car nous vivons une situation de crises,  chaque jour exacerbée, menaçante ...

 

L'ETAT DOIT INCITER   DONNER L'EXEMPLE  FINANCER   APPORTER DES SOLUTIONS IMMÉDIATES

POUR  RÉGLER UN PROBLÈME MAJEUR

QUI NOUS CONCERNE TOUTES ET TOUS

SUR L'ÎLE DE CORSE COMME AILLEURS ET ÉQUITABLEMENT

EN TENANT COMPTE DES MIGRATIONS SAISONNIÈRES D'ENVERGURE

!

 

 A SUIVRE 

CORSICA...GO56