DSCN2861

 

On marche parfois tout  en pensant profondément, sans observer autour de soi ce que la nature offre en partage et au regard de la curiosité !

Suivant la perspective et l'angle de vue, des formes apparaissent puis s'étiolent, se métamorphosent, l'instant d'une silhouette, d'une forme anthropomorphe ou animale furtive.

De la mer, les suggestions sont légions qui, d'une oeillade perçante aux élans figés, déroutent, étonnent, subjuguent la raison.

L'Île de Corse granitique s'est ainsi faite, dérivant depuis les continents, balayée par les vents, submergée par les flots,  diluviée lors des fortes pluies...

Ainsi de ne jamais muser, vaguer, deviser  sans découvrir et accréditer la thèse qu'il  n'y aurait  rien en ces mondes qui eût été  fortuit, hasardeux, exclusivement  nécessaire !   Mais de la probabilité d'un perpétuel dessein, une certaine idée de la vérité, de la voie  magnifiée des infinis.

Invitation à la rêverie, à la navigation au coeur dédaléen  et minéral de ces prairies marines parsemées d'îlets et d'îlots polis par les flots.

Expressions minimalistes, certes, l'art naturel règne, inspirerait les artistes et les courants les plus novateurs et abstraits.

Lignes épurées  que la pierre noble et blanche accorde aux éléments, aux travailleurs de la mer, depuis la nuit des temps.

Le temps, l'érosion déposent et parsèment les rivages comme s'il en eût été d'une pluie de corps  célestes figés dans leur ultime fusion avec la Terre et la Mer !

Démériterais-je au gré de mots humbles, comme imparfaits à dire et à décrire l'essence de la beauté, l'inhabituel, les facéties extravagantes des illusions 

MARIN - A Terre -  

 

___________________________________________________________________